Gilhac-et-Bruzac

  • Gilhac-et-Bruzac
  • Gilhac-et-Bruzac
  • Gilhac-et-Bruzac
  • Gilhac-et-Bruzac
  • Gilhac-et-Bruzac
  • Gilhac-et-Bruzac
  • Gilhac-et-Bruzac
  • Gilhac-et-Bruzac
  • Gilhac-et-Bruzac
  • Gilhac-et-Bruzac
  • Gilhac-et-Bruzac
  • Gilhac-et-Bruzac
  • Gilhac-et-Bruzac
  • Gilhac-et-Bruzac
  • Gilhac-et-Bruzac

Accueil du site > annexes > Ambroisie

Ambroisie

Ambroisie

Le pilier de la prévention contre l’ambroisie : la végétalisation !

L’allergie au pollen d’ambroisie est devenue en quelques années un véritable enjeu de santé publique, notamment en Rhône-Alpes qui est la région la plus impactée en France. Deux études de 2004 et 2014 ont démontré que plus d’une personne sur dix en moyenne est désormais allergique à l’ambroisie (1,5 fois plus de personnes touchées en seulement 10 ans !), et même une personne sur cinq dans les zones les plus exposées (multiplication par 2 en 10 ans !!). L’ambroisie est envahissante et son pollen est un des allergènes les plus puissants connus. Tout doit être mis en œuvre pour qu’on n’atteigne pas les niveaux record de la Hongrie, entièrement infestée, où un hongrois sur deux développe de graves allergies à l’ambroisie... Réduire la présence de l’ambroisie et donc le taux de pollen dans l’air, c’est réduire fortement la gêne ressentie et éviter des hospitalisations, des arrêts maladies, des crises d’asthme, de fortes fatigues, etc. Concrètement, en cette saison pré-estivale, des actions préventives simples existent et doivent être réalisées sans tarder. En voici quelques exemples :
- sur des bords de routes et de chemins, ensemencer des plantes qui empêcheront durablement l’ambroisie de germer chaque année, en avril et mai (trèfle, luzerne).
- sur des jardins et des champs infestés, arrêter de remanier le terrain d’année en année, et partir sur un ensemencement durable du même type (trèfle, luzerne), afin d’épuiser le stock de graine dans la terre. 3 ans semblent un minimum. Sinon, poser au sein des jardins un textile ou un paillis épais.
- Sur des parties de terrain où seule une prairie fleurie ou une pelouse peut être ensemencée, cela n’empêchera pas l’ambroisie de germer chaque année. La stratégie est alors d’arracher l’ambroisie qui va apparaître ou, si elle est trop abondante, la faucher 2 à 3 fois entre juillet et septembre grâce aux tontes de pelouse, afin d’éviter la pollinisation et surtout la production de graines. Epuiser le stock de graines d’ambroisie situées à moins de 5 cm de profondeur permet de la faire disparaître en 2-3 ans sur une pelouse, à condition de ne pas remanier ensuite le terrain.
- surveiller la provenance de terres et remblais rapportés, utilisés sur des chantiers (éviter si possible qu’ils proviennent de terrains infestés).


Fleurs d'ambroisie

 

AMBROISIE
Un enjeu de santé publique
en Rhône-Alpes
chacun peut agir !

Journée de l'ambroisie - Conférences ambroisies ouvertes à tous fin juin début juillet

PDF - 281.7 ko
Date lieux Conférences2015 CNFPT_LYON et GRENOBLE
PDF - 54.9 ko
plaquette AMBROISIE GRENOBLE_ 2015


Au delà des formations mises en place le CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale) en partenariat avec l’ ARS Rhône-Alpes, le CNFPT organisera des demi-journées d’information sous forme de conférences, dans le but de sensibiliser le maximun de personnes à la lutte contre l’ambroisie. Ces conférences seront donc ouvertes à toute personne motivée par la problématique de l’ambroisie, y compris les bénévoles communaux, les personnels territoriaux et élus, qu’ils soient référents ambroisie ou non. Pour vous inscrire en tant qu’agent ou élu d’une collectivité, c’est simple : Demander au secrétariat de votre collectivité de vous inscrire sur le site internet du CNFPT en utilisant les codes d’accès spécifiques de votre collectivité, sur le site suivant : https://inscription.cnfpt.fr - Journée internationale de lutte contre l’ambroisie le 27 juin

PDF - 2.1 Mo
journée internationale de lutte contre l’ambroisie

Une plaquette d’information sur l’ambroisie en lien avec la journée internationale de lutte contre l’ambroisie qui a lieu cette année le 27 juin. Un certain nombre d’actions auront lieu autour de cette date et pourront faire l’objet d’un recensement et d’une communication régionale. Je vous remercie par avance de m’informer si vous avez prévu des actions fortes vers le 27 juin et surtout le 27 juin.


Lutter contre l’ambroisie : l’affaire de tous, la responsabilité de chacun.


Il n’existe au niveau national et européen aucun texte législatif ou réglementaire spécifique sur la lutte contre l’ambroisie. Le statut de cette plante sauvage non cultivée et non protégée relève de textes généraux issus des Codes de la santé publique (CSP), des collectivités territoriales (CGCT) et de l’environnement (CDE).

L’organisation de la lutte contre sa prolifération relève ainsi pour l’essentiel de procédures réglementaires et contractuelles mises en oeuvre au niveau local à l’initiative des élus locaux (Régions, Départements, Communes). Sa régulation, enjeux de santé publique, participe à l’évidence d’une politique de proximité et de prévention impliquant une large concertation. L’efficacité des actions préventives et curatives dépend en effet directement de la mobilisation et de la coopération d’une multitude d’acteurs publics et privés aussi bien au plan individuel que collectif. On pense immédiatement aux Maires, aux Préfets, aux Présidents d’EPCI, aux directeurs d’établissements ou d’entreprises publiques mais aussi aux citoyens et aux agents locaux des services publics territoriaux sans lesquels l’action des décideurs resterait sur le terrain lettre morte .

Contenir l’impact de la plante à un niveau supportable nécessite la conjugaison des efforts de tous, au quotidien et dans la continuité des saisons conformément à la lettre et à l’esprit de l’article L.110-2 du Code de l’Environnement qui impose à chacun de veiller et de contribuer à la sauvegarde et à la protection de l’environnement .


Une plante annuelle qui se développe en buisson.

L’ambroisie à feuille d’armoise (Ambrosia artemisiifolia L.) fait partie de ce que l’on appelle couramment « les mauvaises herbes ». Elle est de la même famille que le tournesol (Asteracées ou Composées). Sa morphologie se transforme au cours de son développement pour donner, au moment de la floraison, un buisson qui peut atteindre plus d’un mètre de haut.

Journée Ambroisie Depuis 2012, à l’initiative de l’International Ragweed Society (www.internationalragweedsociety.org), le premier samedi de l’été a été désigné comme la « Journée de l’ambroisie ». Un peu partout dans le monde, en Europe et en France, des animations sont organisées pour informer le grand public et les professionnels sur les problèmes générés par l’ambroisie à feuilles d’armoise, espèce allergisante et invasive, et pour encourager la mise en place d’actions de lutte contre cette espèce.

Les objectifs affichés de cette journée d’actions sont :
- faire connaître l’ambroisie et ses impacts notamment sur la santé et le milieu agricole
- mobiliser l’ensemble des personnes concernées par cette problématique et de coordonner les mesures de lutte.

Quelques Informations :
- plateforme interactive de signalement ambroisie www.signalement-ambroisie.fr

- International Ragweed Society www.internationalragweedsociety.org

- Projet européen COST Action SMARTER (Sustainable management of Ambrosia artemisiifolia in Europe) www.ragweed.eu

- Recherche sur les moyens de contrôler l’ambroisie www.halt-ambrosia.de

- L’Observatoire des ambroisies www.ambroisie.info



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF